Etat des lieux sur la proposition d’accord de pêche entre l’UE & le Sénégal

Photo : Ivano Trabalza

 

Le Sénégal et l’Union européenne viennent d’initier un protocole d’accord de partenariat de pêche, pour une durée de 5 ans.

APRAPAM a réfléchi aux enjeux d’un tel accord depuis Novembre 2013, – avant que ne débutent les négociations officielles. APRAPAM a été la première organisation de la société civile sénégalaise à publier un mémorandum donnant nos priorités pour les négociations.

Lorsque les résultats des négociations ont été connus, nous avons pu nous procurer le texte du nouvel accord et de son protocole au niveau des institutions européennes. Nous avons ensuite interpellé directement la Commission européenne sur certaines questions préoccupantes, comme l’accès au merlu par deux chalutiers européens, et nous avons obtenu des éclaircissements2.

Sur cette base, nous formulons une série de propositions et demandes, qui ne sont donc pas le fruit d’une mobilisation opportuniste de dernière minute, mais d’une longue réflexion des acteurs réunis au sein de notre association.

 

Lire la suite : Aprapam état des lieux.pdf

 


2 réponse de Etat des lieux sur la proposition d’accord de pêche entre l’UE & le Sénégal

  1. L’étude d’évaluation sur le Sénégal http://ec.europa.eu/fisheries/documentation/studies/senegal/report-senegal-2014_fr.pdf

    Disait que: ‘Les potentiels de pêche des stocks de merlu, espèce démersale profonde, dans les eaux sous juridiction sénégalaise au sein d’un éventuel futur accord de pêche avec l’UE (dans le cas d’un stock exploitable durablement, ainsi qu’évoqué par le Sénégal et certains États membres de l’UE) restent à identifier au travers d’une étude de faisabilité biologique et financière’.
    Une analyse plus approfondie est nécessaire pour se prononcer sur le potentiel de captures et l’état du stock des merlus. Elle est prévue dans le projet ADUPES financé par l’UE dans le cadre du suivi du plan d’aménagement des crevettes profondes.

    Plus loin, l’étude dit: ‘Une étude pourrait être financée dans le cadre de l’APP, ou éventuellement initiée en parallèle de l’éventuelle négociation d’un accord de pêche, afin de déterminer si l’état de cette ressource pourrait supporter une exploitation commerciale, dans quelle proportion et selon quel mode(s) de gestion. Une fois les résultats de l’étude connue, les deux parties pourraient alors décider s’il convient ou non d’accorder des opportunités de pêche visant le merlu aux navires européens. Les armateurs espagnols ont exprimé leur intérêt à capturer cette espèce.

    Comme recommandation, l’étude d’évaluation dit que l’accord doit ‘Porter exclusivement sur la pêche thonière dans un premier temps en attendant les résultats de l’étude éventuelle sur le merlu’
    Il faudrait que ce soit ‘Un APP et protocole uniquement thonier, mais comprenant une clause exploratoire pour étudier la possibilité d’inclure dans le futur des possibilités de pêche pour le merlu une fois le statut de ce stock établi’

    L’étude conclut: ‘Tant qu’une étude sur les potentialités pratiques d’exploitation des espèces de merlu n’a pas été effectuée, aucune possibilité de pêche pour le merlu ne devrait être accordée aux navires de l’UE.’

Laisser un commentaire