Voix de la pêche artisanale africaine

Photo : CAOPA

 

COUP DE PROJECTEUR SUR LES ACTEURS DE LA PÊCHE ARTISANALE

Du Sénégal au Togo, en passant par la Guinée-Bissau, la Mauritanie, la Tunisie et le Ghana, tra- vailler dans la pêche artisanale maritime, c’est, au quotidien, vivre le même attachement à la mer et faire face aux mêmes défis.

Entre Septembre 2014 et Novembre 2015, le Réseau des Journalistes pour une Pêche Responsable et durable en Afrique de l’Ouest (rejoprao), en collaboration avec la caopa, est allé à la rencontre des acteurs de la pêche artisanale dans ces six pays.

A chaque étape, nous avons multiplié les visites de sites, les échanges en groupe, les entretiens indi- viduels et la recherche documentaire. L’objectif étant clairement de comprendre et de décrire avec honnêteté les situations dans lesquelles les acteurs de la pêche artisanale exercent leur activité et les défis auxquels ils font face. Pour montrer qu’au-delà des statistiques, généralement peu fiables, relayées un peu partout, la pêche artisanale africaine, c’est avant tout des hommes et des femmes qui demandent à se faire entendre.

Construit autour d’une série de six reportages de terrain, ce rapport leur donne la parole. Ces femmes et ces hommes disent leurs craintes et leurs espoirs pour l’avenir de leur métier. Nous ap- portons une part de vérité sur la pêche artisanale. En aucun cas nous ne prétendons que ce rapport est une description complète des situations dans les pays visités.

Notre gratitude va à tous ceux et celles qui ont contribué de différentes manières à la production de ce rapport.

 

APPEL POUR UNE ANNEE AFRICAINE DE LA PECHE ARTISANALE

La grande majorité des 12,3 millions d’africains qui dépendent de la pêche et de l’aquaculture pour vivre sont issus du secteur de la pêche artisanale : plus de 7,5 millions d’hommes et 2,3 millions de femmes sont actifs dans le secteur de la pêche artisanale africaine et fournissent un revenu à des millions de familles en Afrique.

La contribution de la pêche au pib de tous les pays africains a atteint l’an dernier environ 1.910.000 millions US$, avec une contribution de la pêche artisanale marine et continentale repré- sentant plus de la moitié de ce chiffre. Cela montre que la pêche artisanale stimule les économies locales, particulièrement lorsqu’elle est soutenue par des politiques visant à assurer une protection sociale et à promouvoir le bien-être des communautés côtières.

En rendant le poisson, – source de protéines, d’acides gras, de vitamines, de minéraux-, dis- ponible à bas prix pour plus 200 millions de personnes en Afrique, les femmes et les hommes du secteur de la pêche artisanale africaine contribuent grandement à la sécurité alimentaire. Le poisson représente en moyenne 22 % de l’apport en protéines en Afrique subsaharienne; toutefois, dans les pays africains les plus pauvres, ce niveau peut dépasser les 50 %.

Cette importance de la pêche artisanale pour la sécurité alimentaire, les économies nationales et l’emploi en Afrique et ailleurs, est de plus en plus reconnue par les décideurs. L’adoption, en Juin 2014, des Directives volontaires de la fao pour assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et l’éradication de la pauvreté (vgssf) a joué un rôle majeur dans cette reconnaissance accrue.

Afin de promouvoir la mise en œuvre de ces Directives au niveau panafricain, la caopa propose que l’Union africaine déclare une Année africaine de la Pêche artisanale, qui serait l’occasion pour toutes les parties prenantes de contribuer à la mise en place, dans les pays africains, de politiques réformées qui offrent un environnement porteur au développement de la pêche artisanale durable.

Pour réaliser ces réformes, nous avons besoin de tout le monde sur le pont, en particulier les hommes et les femmes qui vivent de la pêche. Au sein de la caopa, les femmes et les hommes des organisations professionnelles sont d’ailleurs représentés égalitairement, que ce soit dans notre bureau ou dans nos activités.

En effet, les femmes qui s’adonnent à la pêche artisanale ne sont pas seulement le pilier de la fa- mille, mais sont également présentes à tous les stades de la filière pêche artisanale: préfinancement et préparation des campagnes de pêche; réception, tri et répartition des captures; transformation et commercialisation sur les marchés locaux ainsi que des marchés régionaux africains et même sur les marchés internationaux.

Les défis pour mettre en œuvre de telles réformes politiques au niveau panafricain sont de plus en plus nombreux, comme la nécessité d’améliorer la résilience des communautés de pêche artisanale africaines face au changement climatique.

Dans cette publication, vous entendrez parler les communautés de pêche de certains de nos pays membres: Sénégal, Guinée-Bissau, Mauritanie, Tunisie, Togo et Ghana. Les femmes et les hommes des communautés de pêcheurs y décrivent les difficultés quotidiennes qu’ils rencontrent pour accé- der aux ressources halieutiques et les exploiter : incursions de chalutiers de pêche industrielle dans leurs zones de pêche, pollution côtière, manque d’écoute et de considération par les autorités, etc. Cette lutte constante pour gagner leur pain quotidien et les obstacles qu’ils doivent affronter est un obstacle à ce que la pêche artisanale contribue pleinement à la sécurité alimentaire, à la création d’emplois dans les zones côtières et à l’économie de leurs pays.

Dans les pages qui suivent, pêcheurs et femmes dans la pêche partagent également leurs idées et les bonnes pratiques qu’ils ont mises en place pour remédier à ces problèmes. Nous avons égale- ment demandé à des scientifiques, des décideurs, des organisations non gouvernementales, de nous donner leur avis sur les principaux défis identifiés.

Avec cette publication, nous voulons montrer que la voix de chaque citoyen et citoyenne africain compte quand il s’agit de réformer nos politiques pour une pêche durable et équitable. Nous vou- lons montrer que le secteur de la pêche artisanale africaine n’est pas un problème, mais fait partie de la solution.

Nous espérons que vous apprécierez de partager nos vies et nos rêves !

 

Photo : CAOPA

 

 

Présentation des conclusions de la publication « Voix de la pêche artisanale africaine », par Gaoussou GUEYE, secrétaire général de la CAOPA,  le 10 mars 2016 : Présentation conclusions publication.pdf

 

 

Pour consulter et accéder à la publication « Voix de la pêche artisanale africaine » : Voix de la pêche artisanale africaine.PDF

 

Voices from African Artisanal Fisheries, Calling for an African Year of Artisanal Fisheries : Voices from african artisanal Fisheries_eng.PDF



 

 

 

 


 

 

Photo : CAOPA

 

 


Laisser un commentaire