Repos biologique du 15-10-14 au 15-11-14 pour les navires de pêche industrielle démersale, et sur le poulpe pour la pêche artisanale

Photo : Aprapam

 

Arrêté fixant, pour l’année 2014, les périodes de repos biologiques sur le poulpe pour la pêche artisanale : REPOS BIOLOGIQUE PECHE ARTISANALE – 2014.pdf

 

Arrêté fixant, pour l’année 2014, les périodes de repos biologiques pour les navires de pêche industrielle démersale exerçant dans les eaux sous juridiction sénégalaise : REPOS BIOLOGIQUE PECHE INDUSTRIELLE-2014.pdf

 

 

Danger sur les côtes de Mbour : les pêcheurs sommés de ne pas s’approcher à moins de 1000 m.

Photo : Aprapam

 

Les pêcheurs de Mbour sont prévenus. Attention danger de mort. De couleur bleu et blanc, le bateau Arcmice atlantique tire un câble sismique à la recherche du pétrole. Les pêcheurs qui s’en approcheraient risquent l’électrocution. « Il ne faut pas s’arrêter. S’il y a des incidences, cela va chambouler tout le projet. Le bateau est aux larges à 30 Km des côtes sénégalaises. Il travaille de Mbour jusqu’à la frontière de la Gambie. Il y a des risques d’électrocution, de noyade. C’est dangereux. L’essentiel pour les pêcheurs, c’est qu’ils ne s’en approchent pas », prévient Pape Wagane Faye, le représentant de Petrosen qui se charge des recherches.

 

Le câble Immergé à une profondeur comprise entre sept (7) et (8) mètres. Au minimum, « respecter les cinq (5) km et ne pas s’approcher du câble encore moins de la bouée qui termine le câble qui est équipée par une lumière de type clignotants en rouge, signe qu’il y a danger. Les travaux ont démarré il y a quinze (15) jours et précise le correspondant de la Rfm, tout bateau qui s’approche dans un rayon moyen de 1000 mètres risque d’être aspiré vers l’arcmice atlantique avec des conséquences très graves.

Dié BA

Source : PressAfrik.com



Position sur l’accord de Pêche UE-Sénégal

Photo : Aprapam

 

Le Sénégal et l’Union européenne viennent de signer un protocole d’accord de partenariat de pêche, pour une durée de 5 ans.

Par rapport aux priorités que nous avions établies dans notre mémorandum de Novembre 2013, nous voulons faire les premières observations suivantes :

 

  • 1. Transparence et participation des parties prenantes

 

Il s’agit pour nous du principal échec de la négociation de cet accord. Les professionnels de la pêche artisanale n’ont pas été consultés ni admis à la table des négociations en tant qu’observateurs.

 

Nous nous étonnons dès lors qu’en l’absence d’une quelconque consultation avec le secteur de la pêche artisanale, il ait déjà été décidé que l’appui à notre secteur venant de l’accord de pêche aille en priorité aux aires marines protégées et à la protection des mangroves.

Ces deux domaines, bien que participant à l’amélioration de la biodiversité  et la protection de l’écosystème relèvent au premier chef  de la responsabilité du département en charge de l’environnement et de la protection de la nature.

Continuer la lecture

Déclaration de Praia lors de la journée mondiale de la pêche du 21 novembre 2013

Photo : Aprapam

 

Vu la Charte et les Statuts de la CAOPA, qui prennent en considération les conventions, lois et accords internationaux sur l’environnement, sur le travail décent dans le secteur de la pêche, et s’inspirent du Code de Conduite pour une Pêche Responsable de la FAO,

Considérant le Rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement qui a conclu, dès 2008, que le changement climatique exacerbe à la fois les impacts de la pollution et de la surpêche ;

Considérant qu’en Afrique, d’ici 2020, le changement climatique affectera négativement jusqu’à 250 millions de personnes. D’ici la fin du siècle, l’élévation anticipée du niveau de la mer affectera le littoral africain fortement peuplé, et que le coût de l’adaptation pourrait représenter de 5 à 10 % du produit intérieur brut des pays touchés ;

Considérant que les effets du changement climatique sont potentiellement plus importants pour la population des zones côtières des pays en voie de développement que pour celle des pays riches ;

Considérant que l’essentiel de l’exploitation des ressources halieutiques par la pêche artisanale africaine se fait sur quelques dizaines de kilomètres dans la bande côtière, zone fragile menacée par le changement climatique et par la pression d’un nombre croissant d’activités autres que la pêche ;

Considérant les inquiétudes des communautés côtières africaines, et du Cap Vert en particulier, par rapport aux impacts du changement climatique sur l’avenir de leurs communautés ;

Considérant la vulnérabilité particulière des femmes dans la pêche africaine, qui jouent un rôle central pour garantir la sécurité alimentaire des populations à travers les activités de transformation et de commercialisation des produits de la pêche et, contribuent de façon déterminante au bien-être des familles et à l’éducation des enfants.

Constatant que des impacts du changement climatique sur les éco-systèmes marins et côtiers sont déjà observées au niveau de la pêche maritime, en particulier des événements climatiques extrêmes, comme des inondations ou des tempête tropicales, et des changements dans les zones de répartition des stocks de poissons ;

Considérant que le changement climatique aura des conséquences considérables sur l’abondance et la distribution de poisson, en particulier les petits pélagiques, dont dépendent les populations les plus défavorisées.

 

Nous, hommes et femmes des communautés de pêche artisanale africaine, membres de la CAOPA, recommandons à nos états de :

  • Réaliser et partager le résultat d’études visant à évaluer la vulnérabilité et les capacités d’adaptation des communautés côtières par rapport au changement climatique ;
  • Identifier les stratégies et les mesures d’adaptation aux changements climatiques appropriées et les intégrer dans les politiques de pêche, ainsi que dans les politiques de développement économique et de lutte contre la pauvreté aux niveaux national, régional et panafricain ;
  • Sensibiliser les populations, les décideurs et les partenaires au développement sur les effets néfastes du changement climatique sur les communautés côtières qui dépendent de la pêche pour vivre ;
  • Développer des programmes de formation pour renforcer les capacités des parties prenantes à contribuer au processus d’élaboration et de mise en œuvre des mesures d’adaptation au changement climatique ;
  • Veiller à renforcer la prise en compte des intérêts des femmes dans la pêche, afin de renforcer leurs capacités et leur autonomie, agissant ainsi sur des situations initiales inégalitaires entre femmes et hommes.


Déclaration de Praia au format pdf : Déclaration Praia

 


Mémorandum des acteurs de la pêche artisanale au Sénégal

Photo : Alain Ponchon


Le Sénégal et la Communauté Economique Européenne (CEE) ont signé le 15 juin 1979 un accord-cadre concernant la pêche au large de la côte sénégalaise. Cet accord a été premier signé par la CEE- devenue plus tard Union européenne (UE)- avec un pays ACP. Dans le cadre de cet accord-cadre, entre 1979 et 2002, dix sept protocoles couvrant des périodes allant de 2 à 4 ans et fixant les possibilités de pêche et les contreparties financières y afférentes ont été négociés.

Les négociations concernant le 18ème protocole qui devait couvrir la période 2006 et 2010 n’ont pas été couronnées de succès ; chacune des deux parties jugeant déraisonnables les prétentions de son partenaire.

Ainsi, bien que l’accord-cadre n’ait pas été dénoncé, depuis 2006 aucun bateau de pêche battant pavillon d’un Etat membre de l’Union européenne ne devrait pas être autorisé à exercer ses activités de pêche dans les eaux sous juridiction sénégalaise.

Toutefois, récemment, l’Union européenne a repris contact avec le Sénégal et les délégations des deux parties ont tenu, les 6 et 7 juin 2013, une réunion technique au cours de laquelle, elles ont fait le point sur les points ci-après :

- état des stocks et activités de flottes nationales ;

- gestion de la pêche au Sénégal : politiques actuelles, stratégies et priorités ;

- contexte de la réforme de la politique commune de la pêche PCP et son implication

pour les accords de partenariat de pêche (APP) ;

- perspectives des relations Sénégal-UE en matière de pêche.

A l’issue de cette réunion technique les deux délégations ont convenu, après consultations de leurs autorités respectives, de rester en contact pour l’organisation de discussions formelles en vue du renouvellement de l’accord-cadre et d’un protocole de pêche. Ces négociations pourraient démarrer au cours du dernier trimestre de 2013.

C’est dans le cadre de la préparation des négociations susmentionnées que le présent mémorandum est élaboré.

 

Pour consulter le mémorandum des acteurs de la pêche artisanale au Sénégal au sujet des accords de Pêche Sénégal-UE au format PDF : Mémorandum accords pêche UE-Sénégal.pdf

 

 

Mémorandum en anglais (in english) : memorandumsenegal anglais.pdf

 

 

Repos biologique du POULPE du 20-09-13 au 20-10-13

 

Poulpe

Photo : Aprapam

 

Le nouveau ministre sénégalais de la Pêche et des Affaires maritimes, El Ali Haïdar, a préconisé l’installation d’une commission chargée d’évaluer le repos biologique, avant d’annoncer un arrêt d’un mois à compter de vendredi dernier pour respecter la période de reproduction des poissons, a appris l’APS de source officielle, dimanche à Dakar.

Continuer la lecture

Alerte sur une houle en cours sur la Grande-Côte et Dakar & sur la Petite Côte

Photo : David Tasei

 

 

Le Service de météorologie marine de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) a lancé, jeudi 28/02/13, une alerte sur une ‘’houle dangereuse en cours, de secteur Nord-ouest pouvant atteindre ou dépasser 3 mètres sur la Grande-Côte (entre la presqu’île du Cap Vert et Saint-Louis) et Dakar.

La fin de l’avis est ‘’prévue vendredi 01/02/13 à 6 heures’’, précise-t-il dans son bulletin météorologique pour la navigation et la pêche côtière dont copie est parvenue à l’APS.

 

Source : A.P.S.

 

 

La grande côte sénégalaise, qui va de Dakar à Saint-Louis, connaîtra mardi 05/03/13, à partir de 18 heures, « une mer très forte », avec une houle pouvant atteindre ou dépasser trois mètres et demi, annonce l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) dans un bulletin reçu à l’APS.

Sur la petite côte – de Dakar à Joal-Fadiouth – et la Casamance (Sud), la mer sera « agitée » voire « forte », avec une houle pouvant atteindre ou dépasser deux mètres et demi, prévient l’ANACIM.

 

Source : A.P.S.

 

 

 

 


ALERTE !

Photo : Aprapam

 

Ne prenez pas les pêcheurs artisanaux en otages !

La pêche est un levier important dans le secteur économique du Sénégal. Elle procure la population en poisson riche en protéines indispensables pour l’organisme.

90% des mises à terres sont assurées par la pêche artisanale.

60% des produits de la pêche destinés à l’exportation sont issus de la pêche artisanale.

Alors, tenez-vous bien ! Depuis plus de 10 jours, les pêcheurs artisanaux ne trouvent pas le carburant pour aller en mer à la recherche d’un produit dont dépend toute une population.

On nous sert au gâteau que c’est parce que l’Etat doit de l’argent à la Société Africaine de Raffinage (SAR) que cette dernière bloque le ravitaillement du carburant pour les pirogues.

Face à la disponibilité en essence et en gasoil pour la circulation des voitures et le fonctionnement des entreprises, on prive toute une communauté de pêcheurs du carburant pour l’exercice de leurs activités.

Sous prétexte que l’Etat lui doit de l’argent, la SAR doit-elle prendre en otage toute une population (le poisson est consommé par tous les sénégalais) ?

L’Etat doit-il continuer à observer cette situation sans prendre ses responsabilités ?

Les pêcheurs doivent-ils attendre que cette situation se généralise pour agir ?

Nous disons dans tous les cas que les pêcheurs sont d’honnêtes et paisibles citoyens qui contribuent au développement économique de leur pays mais qui n’entendent pas être privés de moyens de le faire.

Par conséquent, nous demandons à l’Etat de prendre toutes ses responsabilités pour mettre un terme, dans les 48 heures au risque de nous voir agir, à la situation dans laquelle les pêcheurs sont victimes d’une injustice.

Le poisson est disponible en mer, donnez aux pêcheurs les moyens d’aller le chercher.

Pénurie du carburant pour pirogue = Pénurie de poisson = Priver la population sénégalaise de poisson riche en protéines indispensable pour la population = Priver une partie de la population de son revenu de base

 

APRAPAM

 

 

Communiqué de presse sur l’approvisionnement du marché national en essence de pirogue : Communiqué presse essence pirogue.pdf

 

Repos bilologique du POULPE dans le Département de MBOUR

 

Octopus vulgaris

Photo : Aprapam

 

La période du repos biologique du Poulpe (Octopus vulgaris) est instaurée sur l’étendue du territoire du Département de MBOUR du 15 octobre à minuit au 15 novembre 2012 à minuit


Vous pouvez consulter (format PDF) l’arrêté portant repos biologique du Poulpe dans le Département de Mbour : ARRETE REPOS BIOLOGIQUE Poulpe Mbr 2012.PDF

 

Et lire un article de SudOnline (portail de Sud Quotidien) sur la gestion participative et l’immersion de 5 000 pots dans les aires marines protégées de la Petite Côte : http://www.sudonline.sn/les-acteurs-pour-la-cogestion-et-son-extension_a_10689.html

 

Repos biologique sur le Poulpe dans les eaux sous juridiction sénégalaise

Une période temporaire de repos biologique du Poulpe pour la pêche artisanale est fixée du 20 Octobre au 30 Novembre 2012, dans les eaux sous juridiction sénégalaise, sans discrimination

 

Vous pouvez consulter (au format PDF) l’arrêté portant repos biologique du Poulpe sur tout le territoire : Arrêté Repos biologique Poulpe 20-10 au 30-11-12.PDF

 


Pêche « illicite et illégale » sur la Petite Côte

 

 

Voilier Atlantique (Istiophorus albicans)

Photo : Aprapam

 

Des acteurs de la pêche, regroupés au sein de l’Association pour la promotion et la responsabilisation des acteurs de la pêche artisanale de Mbour (APRAPAM), interpellent les autorités, notamment le ministre de la Pêche et des Affaires maritimes, sur ce qu’ils appellent ‘’une pêche illicite et illégale’’ que mènent des pêcheurs ghanéens dans les eaux sénégalaises, plus précisément au niveau de la Petite Côte où ces étrangers ciblent les espèces de poissons dites ‘’porte-épée’’, notamment les espadons, les voiliers et makaires. En effet, les professionnels de la pêche artisanale soutiennent mordicus avoir constaté que des Ghanéens exportent 4 à 5 tonnes par jour de ces espèces de poissons dits ‘’porte-épée’’. Ce qui, d’après eux, constitue ‘’un danger extrêmement grave’’ pour les ressources halieutiques déjà en raréfaction.

 

‘’Ces espèces, dont la gestion relève exclusivement de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (ICCAT), font l’objet des mesures de conservation et de gestion parmi lesquelles l’interdiction de pêche avec certains engins dont le filet maillant dérivant et la limitation de captures’’, a signalé Gaoussou Guèye, président de l’APRAPAM. ‘’Nous interpellons les autorités à veiller sur cette affaire nébuleuse, parce qu’aujourd’hui, on veut imposer un repos biologique sur le poulpe, parce que les pêcheurs artisans, à travers le conseil local de pêche artisanale (CLPA), consentent inlassablement des efforts pour la promotion d’une pêche responsable, donc durable, au grand profit des populations et de notre économie. Donc, il faut les accompagner, en faisant appliquer la réglementation en vigueur au Sénégal’’, a lancé M. Guèye, président de l’APRAPAM.

Continuer la lecture

Pêche industrielle démersale : repos biologique fixé du 01/10 au 30/11/12

Port de Dakar

Photo : D & P Mariottini

 

 

La période annuelle de repos biologique est fixée du 1er octobre au 30 novembre 2012 pour la pêche industrielle démersale, annonce un communiqué du ministère de la Pêche et des Affaires maritimes reçu à l’APS.

‘’Dans le cadre de la politique de conservation et de gestion durable des ressources halieutiques, et suite aux concertations menées entre l’administration, la recherche et les professionnels de la pêche, une période de repos biologique de deux mois, s’étalant du 1er octobre au 30 novembre 2012 est fixée’’, précise la même source.

A cet effet, indique le communiqué, ‘’le ministre de la Pêche et des Affaires maritimes a informé tous les armateurs de la pêche industrielle par lettre circulaire, en date du 16 août 2012’’.

Ainsi, rappelle le communiqué, cette décision intervient conformément aux dispositions de l’arrêté qui fixe les périodes de repos biologiques pour les navires de pêche industrielle démersale exerçant dans les eaux sous juridiction sénégalaise.

Pendant toute la durée de la période de fermeture annuelle, il est interdit à tout navire de pêche concerné de procéder à toute opération de pêche et à des opérations connexes de pêche, telles que définies aux articles 4 et 5 de la loi portant code de la pêche maritime.

 

Continuer la lecture

Alerte météorologique en mer

Photo : David Tasei

 

Une « houle dangereuse » annoncée à partir de jeudi 09 août 2012 sur l’axe nord-ouest

 

Les services de la Météorologie nationale invitent les pêcheurs et les usagers de la mer à faire preuve de ‘’prudence’’ et de ‘’vigilance’’ dans la conduite de leurs activités, en raison d’une ‘’houle dangereuse’’ de secteur nord-ouest annoncée ce jeudi à partir de 12 heures.

D’une hauteur de 2,5 à 3 mètres sur la Grande-Côte, la Petite-Côte, les Iles du Saloum et la Casamance, cette houle va continuer à déferler jusqu’à samedi à 18 h, rapporte un bulletin alerte des services de la Météorologie.

‘’La houle sera associée à des vents qui souffleront de secteur nord-nord-ouest sur la Grande-Côte, tournant sud-ouest sur la Petite-Côte, les Iles du Saloum et la Casamance, avec une intensité de (35 à 50 km/h)’’, précise ce document dont copie a été transmise à l’APS 

 

Source : A.P.S.

 

 

 

 

 


Communiqué des acteurs de la pêche artisanale de Mbour

Photo : Pierre Gleizes / Greenpeace

 

 

Les acteurs de la pêche artisanale de Mbour, portent à la connaissance des populations sénégalaises et de leurs autorités politiques, des bailleurs de fonds, des partenaires au développement et à tous ceux qui évoluent directement ou indirectement dans le secteur des pêches maritimes les informations concordantes et non infirmées par les autorités compétentes selon lesquelles, le Ministre chargé de la pêche Monsieur Kouraichi Thiam a fait revenir à nouveau dans nos eaux, à travers des autorisations illégales et inopportunes car allant dans le sens contraire des recommandations des scientifiques sénégalais et étrangers, les chalutiers pélagiques étrangers battant pavillon russe.

 

L’activité de ces chalutiers au Sénégal dont la gravité n’est plus à démontrer au SENEGAL pose problème à plusieurs niveaux :

Continuer la lecture

Halte au pillage de la mer

Photo : Ivano Trabalza

 

 

 

SUNUGAL Halte au pillage de la mer, un documentaire des acteurs de la pêche au Sénégal : Sunugal Halte au pillage de la mer

 

 

 

Déclaration conjointe des acteurs du secteur de la pêche artisanale du Sénégal et de Greenpeace Afrique : http://www.greenpeace.org/africa/Global/africa/publications/DeclerationConjointe-print.pdf

 


La Transparence dans la gestion durable des ressources halieutiques

Photo : Aprapam

 

 

Présentation sur la transparence dans la gestion durable des ressources halieutiques : MBOUR CAOPA NOV 2011

Rapport sur la transparence  (résumé) : Rapport résumé rencontre transparence pêche maritime en Afrique .pdf

 

Rapport complet sur la transparence : Rapport détaillé de l’Atelier sur la transparence dans le Secteur de la Pêche Maritime en Afrique.pdf

 


Journée Mondiale de la Pêche Artisanale : le 21 novembre 2011

Photo : Ivano Trabalza

 

 

Pêche artisanale durable : Mbour abrite une rencontre le 21 novembre

 

Une rencontre sur le thème « Garantir une pêche artisanale durable » est prévue le 21 novembre à Mbour à l’initiative de l’Association pour la promotion et la responsabilisation des acteurs de la pêche artisanale de Mbour (APRAPAM), en partenariat avec la Coalition des GIE du quai de pêche de Mbour, annonce un communiqué transmis à l’APS.

La manifestation, organisée dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la pêche (21 novembre), s’inscrit dans le « Processus de Bangkok » et « le Processus de la FAO » visant à développer des « Directives volontaires pour garantir des pêches artisanales durables », indique la même source.

Cette journée de réflexion verra la participation d’invités venus d’Afrique et d’Europe, selon les organisateurs qui veulent mener une réflexion sur les relations entre les processus formels et ceux de la société civile, entrepris pour garantir des pêches artisanales durables.

L’objectif est aussi d’explorer les synergies nécessaires pour faciliter, instaurer et promouvoir l’accès à l’information et la transparence dans les processus décisionnels, cruciaux pour garantir des pêches artisanales durables », selon le communiqué.

 

Source : A.P.S.

 

 

 

 

Continuer la lecture

Cette Afrique qui nourrit l’Europe…ce que l’ogre européen répond à Greenpeace

Polémique entre l’Union Européenne et Greenpeace au sujet de la surexploitation des ressources marines en Afrique de l’Ouest

 

 

 

 

 

 

 

Tour en bateau de Greenpeace en Afrique de l’Ouest, Mars 2010. Rapport d’expédition.

Cette Afrique qui nourrit l’Europe. La surexploitation des ressources marines en Afrique de l’Ouest par l’UE : Cette Afrique qui-nourrit l’Europe.pdf

 

Source : Greenpeace.org

 

L’impact et les responsabilités réelles de l’Union européenne dans les mers africaines : Réponse au rapport de l’ONG internationale Greenpeace sur l’impact et les responsabilités de l’Union européenne dans les mers africaines : Réponse au rapport Greenpeace.pdf

 

Source : Délégation de l’Union Européenne en République du Sénégal


Des filets vides, un avenir compromis

Photo : Ivano Trabalza

 

Comment la surpêche et le changement climatique accélèrent la dégradation des richesses marines en Afrique de l’Ouest

 

Pour consulter le rapport Afrique de l’Ouest 2011 de Greenpeace : www.Greenpeace.pdf

ou en téléchargement direct au format PDF : Greenpeace 2011 des filets vides un futur compromis

 

 

Source : Greenpeace Africa

 


A qui appartient le poisson ?

Engageons nous pour une pêche responsable et durable

Forum sur la sécurité alimentaire dans la pêche, avec en particulier le cas des petits pélagiques & la surveillance participative, le lundi 04 Juillet 2011 au Centre David Boilat de MBOUR : A-qui-appartient-le-poisson ?

Plan d’accèsPlanAccèsDavidBoilat

Photo : Aprapam

Continuer la lecture