Relecture du discours du Président de la République lors de la 57ème célébration de la fête de l’Indépendance

Photo : Aprapam

 

Ce 3 Avril 2017, le Président Maky Sall a délivré un discours à la nation de haute facture, qui dénote son engagement pour la protection et l’émergence des masses laborieuses dont la survie dépend exclusivement de l’exploitation et de la valorisation des ressources naturelles.

« Cette année, fidèles au concept Armée-Nation, nous célébrons la fête de l’indépendance sous le thème du rôle des Forces de défense et de sécurité dans la protection de l’environnement. Ce thème nous interpelle par son actualité. Nos ressources naturelles, faut-il le rappeler, constituent la substance vitale de notre base productive, sans laquelle il ne peut y avoir ni croissance, ni développement. »

 

1. Le secteur de la pêche se félicite de cette déclaration et remercie le Président de la République pour sa lucidité dans le choix du thème relatif au rôle des forces de défense et de sécurité dans la protection de l’environnement. Tous les acteurs de la pêche sénégalaise reconnaissent que la sardinelle ou yaboye constitue «la substance vitale de la base productive du secteur » : nous affirmons tous que sans sa présence, il ne peut y avoir ni croissance, ni développement du secteur, ni émergence du pays. Elle constitue la base d’une multitude d’activités et d’emplois, la base essentielle de fourniture de protéines à bon marché, le socle de l’économie halieutique car importante source de revenus et de devises.

 

2. Pour faire la connaissance de cette ressource, consultons les données scientifiques disponibles et interrogeons les menaces qui pèsent sur ce «pétrole bleu » du Sénégal :

2.1 : Les données sur la sardinelle : la sardinelle regroupe deux espèces, la sardinelle ronde (meureuque) et la sardinelle plate (tass) qui sont migrantes donc en partage avec les pays voisins.

Les récentes évaluations de stocks faites par les experts et scientifiques regroupés autour de la FAO montrent une nette tendance à la baisse des biomasses disponibles dans la sous-région comprise entre la Mauritanie et la Guinée, d’où la raréfaction de la sardinelle constatée au Sénégal. Le sous-comité scientifique FAO/COPACE a conclu en octobre 2016 à une surexploitation de la sardinelle dans la sous-région et recommandé de réduire l’effort de pêche pour tous les segments de la filière : cette recommandation est reconduite depuis les évaluations de 2010.

Les débarquements de sardinelles sont de 745 000 tonnes annuelles en moyenne entre 2009 et 2013 selon la FAO : ils ont atteint 801 000 tonnes en 2014 et les experts de la FAO ont dénoncé un état de surpêche. Au Sénégal, la pêche artisanale a débarqué en moyenne 220 000 tonnes entre 2010 et 2015 : elle a réalisé 247 000 tonnes en 2013 alors que la pêche artisanale en Mauritanie a envoyé 307 000 tonnes de sardinelles aux usines de farine de poisson. Ces quantités ont vraisemblablement baissé en 2016 avec l’arrêt des activités des sennes tournantes en Mauritanie.

La flambée des prix des sardinelles sur les plages constitue une grosse alerte pour le consommateur. De 1 000 à 3 000 francs la caisse de sardinelle ronde de 50 kilogrammes dans les années antérieures, celle-ci est passée en janvier 2017 à 30 000 francs à Mbour et Kaolack, 32 000 à Touba et 35 000 à Tambacounda. Or cette sardinelle constitue l’espèce la plus consommée actuellement par les ménages.

 

2.2 : Risques et menaces :

« Or, partout dans le monde, ces ressources se raréfient, sous l’effet combiné d’une exploitation effrénée et de pratiques illégales. »

Cette remarque s’applique parfaitement aux ressources en sardinelles au Sénégal où les risques et menaces sont multiples :

- changements climatiques se manifestant par les pertes d’habitats côtiers et par la baisse de la durée et de l’intensité de l’upwelling principale source d’enrichissement du milieu, baisse notée depuis les années 1995-1997 ;

- pollutions des eaux dues aux activités humaines avec les menaces relatives à la future exploitation des hydrocarbures off-shore ;

- pêche illégale non déclarée non enregistrée (pêche INN) qui prend une ampleur liée à l’insuffisance des moyens de contrôle et de suivi de la ressource et de son exploitation ;

- inefficacité dans l’application des mesures de gestion, gestion non transparente et non participative du secteur : alors que l’Etat négocie l’octroi de licences pour les pêcheurs artisans exerçant en Mauritanie, en Gambie et ailleurs, des autorisations de pêche ont été accordé à des bateaux étrangers en 2012 ;

- devant la difficulté d’accès à la sardinelle sur les plages, les autorités acceptent l’implantation d’usines sur les plages, certains d’entre elles faisant de la farine de poisson à partir de la sardinelle.

Ces menaces, et d’autres comme l’exportation anarchique de la sardinelle en frais ou transformée, font que les acteurs ont des difficultés à accéder à la ressource, tant en mer que sur les plages.

 

3. Solutions :

3.1 : Mesures prises par les autorités :

« La préservation de notre environnement n’en est que plus urgente ; qu’il s’agisse de la lutte contre la pollution, la pêche illicite et la déforestation, entre autres périls. Elle revêt le même ordre de priorités que la défense de la souveraineté nationale et de l’intégrité du territoire.» Par conséquent, j’ai ordonné à nos Forces de défense et de sécurité de poursuivre avec vigueur les actions déjà engagées dans ce sens. Le gouvernement continuera de mobiliser tous les moyens nécessaires à cet effet, en matière d’équipements, de formation et d’entrainement. Je souhaite que tous, ensemble, dans un élan civique et patriotique, nous participions à cette œuvre salutaire de sauvegarde de notre patrimoine environnemental commun. »

Cette prise de position au plus haut sommet de l’Etat est à magnifier, tout autant que la décision courageuse prise par le Chef de l’Etat le 30 avril 2013 de mettre un frein à l’exploitation de la sardinelle par les bateaux russes et ukrainiens. Dans le même ordre d’idée, le Président a engagé le Sénégal le 3 février 2016 à adhérer à l’initiative de transparence dans les pêches (FiTI) et a doté récemment la marine nationale de 3 patrouilleurs de haute mer et de 6 vedettes côtières pour contribuer à une surveillance plus efficace des eaux et des ressources halieutiques du pays.

3.2 : Contribution d’APRAPAM :

Lors du conseil des ministres de février 2017, « le Chef de l’Etat invite le Gouvernement à déployer une campagne de sensibilisation des acteurs de la pêche, notamment, sur le respect du dispositif législatif et règlementaire national, ainsi que des accords sous régionaux et bilatéraux, signés par le Sénégal ».

Dans le cadre de l’exécution de son programme d’activités, APRAPAM participe à la sensibilisation et à la responsabilisation des acteurs à la base en prenant diverses initiatives avec ses partenaires, à partir d’un diagnostic des maux dont souffre le secteur: surcapacité des moyens de capture et intensification de l’effort de pêche, ressources côtières pleinement et même surexploitées, inexistence de plans d’aménagement compatibles avec le potentiel d’exploitation des ressources disponibles, inefficacité des systèmes de surveillance et de contrôle des pêcheries, pillage des ressources à travers la pêche illicite, non autorisée et non déclarée, insuffisance d’infrastructures de débarquement et de commercialisation, lacunes dans l’organisation et la formation des acteurs, impacts négatifs des changements climatiques sur les zones côtières, les ressources et les communautés…

 

Depuis 2010, des rencontres sont organisées en vue d’informer, de sensibiliser et de renforcer les capacités des acteurs professionnels de la pêche artisanale pour leur promotion dans le secteur.

  •  premier forum le 31 juillet 2010 sur la Bonne Gouvernance (cas de la cogestion), la Problématique du financement de la  pêche artisanale et la Valorisation des captures ;
  •  deuxième forum le 04 juillet 2011 sur la contribution de la Pêche Artisanale à la sécurité alimentaire et à la lutte contre  la pauvreté ; la surveillance participative des ressources halieutiques ;
  •  journée de Réflexion des Acteurs de la Pêche Artisanale (07 avril 2012) pour faire un diagnostic du secteur de la  pêche au Sénégal et de la pêche artisanale en particulier ;
  •  troisième forum le 04 Juillet 2012 sur le rôle de la recherche dans la gestion durable de la ressource halieutique. quel  impact sur la pêche artisanale ?
  •  journée de Réflexion le 18 décembre 2012 sur l’agrément national du Sénégal pour l’exportation des produits de la  pêche dans les pays de l’Union Européenne ;
  •  panel le 20 mars 2013 sur la gouvernance des pêches ;
  •  panel le 23 novembre 2013 sur la transparence et la cogestion dans le secteur des pêches maritimes au Sénégal ;
  •  quatrième forum le 08 janvier 2014 sur les Menaces sur les petits poissons pélagiques : la parole aux professionnels ;
  • cinquième forum le 07 janvier 2015 : sur les «Enjeux de l’exploitation et de la valorisation des ressources pélagiques et  de la place de celle-ci dans la sécurité alimentaire : la parole aux professionnels» ;
  • sixième forum le 19 mai 2016 sur la Transparence dans la gestion des pêches au Sénégal ; quelles stratégies pour le  développement durable de la pêche ?

 

Parmi les mesures phares proposées par APRAPAM et ses partenaires à l’issue de ces rencontres, on peut insister sur les plus marquantes et relatives aux ressources :

  • déclarer 2017 année africaine de la pêche artisanale, une initiative de la CAOPA ;
  • réserver au Sénégal l’exploitation des sardinelles à la pêche artisanale ;
  • inviter l’Etat à faire appliquer les mesures de gestion et les textes juridiques et réglementaires ;
  • exhorter les autorités à prendre en compte les recommandations de la FAO relatives à la réduction de l’effort de pêche sur les sardinelles ainsi que les Directives volontaires pour une pêche artisanale durable ;
  • demander à l’Etat d’appuyer les efforts de la CAOPA et de la CSRP pour une meilleure gestion des ressources pélagiques partagées à travers des plans d’aménagement régionaux ;
  • interdire l’implantation d’usines sur la plage et surtout toute utilisation de poisson pélagique, surtout les sardinelles, à la production de farine de poisson.

 

4. Conséquences en cas de non application de ces mesures :

Les observations faites par les experts de la FAO, les scientifiques nationaux, les acteurs de la pêche ainsi que par les consommateurs sénégalais signalent une raréfaction, une pénurie et une absence de sardinelles dans nos eaux, sur nos plages et dans les assiettes.

Il suffit de prendre l’exemple sur la chaine d’exploitation et de valorisation de la sardinelle pour estimer le poids social de l’activité des sennes tournantes : différents acteurs gagnent leur vie directement ou indirectement grâce aux activités de la pêche de sardinelles.

Le charpentier : en charge de la fabrication des pirogues, emploie au moins sept personnes ; Les pêcheurs : la senne tournante utilise au moins quarante pêcheurs ;

Les personnes intermédiaires après capture : il y’a au moins sept personnes qui sont chargés de prendre la prise pour l’acheminer suivi par le pointeur de la pirogue, puis au moins vingt personnes assurent le remplissage des casiers destinés au mareyeur ;

Les mareyeurs : chacun engage au moins un chauffeur, un apprenti, un pointeur, un convoyeur et sept manutentionnaires en vue d’acheminer les produits dans les différents sites de distribution. Une autre personne est chargée de livrer la glace pour la conservation et elle dispose d’un camion avec un chauffeur et son apprenti ;

Les transformatrices : chacune fait travailler au moins deux porteurs, un charretier, deux aides, deux écailleurs, deux aides pour étaler sur les claies et deux pour conditionner et emballer ;

Les charretiers sont aussi sollicités dans le circuit de distribution des captures ;

Les gargotières gagnent leur vie grâce aux différents acteurs qui s’activent dans le site ;

Les mécaniciens : Ils sont deux, celui qui répare les moteurs hors-bords et celui qui s’occupe des pannes du camion frigorifique ;

Les vulcanisateurs réparant les pneus des charrettes et des camions frigorifiques ;

Les micro mareyeuses assurent les ventes aux consommateurs.

Outre ces acteurs, il faut compter les rinceurs de bac, les écailleuses de poisson, les soudeurs, les forgerons, les personnes qui ont des «pousse-pousse», les vendeurs (de crédit téléphonique, de sachets plastiques, d’appât) et aussi les vendeurs de matériel de pêche qui ont des magasins aux alentours du site du quai de pêche.

Ainsi une seule senne tournante en activité peut mobiliser plus d’une centaine de personnes, chacune d’entre elles ayant derrière une famille à nourrir. En avril 2015, le CRODT a recensé 2101 pirogues porteuses de sennes tournantes, d’où un potentiel humain de plus de 200 000 personnes vivant des activités de pêche de ces unités. On ne dispose pas de données fiables  sur le nombre d’unités de pêche qui vont retourner au Sénégal suite à l’arrêt des accords avec la Mauritanie et l’octroi des 250 permis pour la pêche en Gambie.

Si aucune des mesures avancées par le Chef de l’Etat dans son discours et lors du conseil des ministres de février 2017, ni celles proposées par les acteurs de la pêche artisanale ne sont suivies d’effets, le sous-secteur de la pêche artisanale va être confronté sous peu à des difficultés pouvant conduire à des catastrophes.

 

 

 

Transparence dans la gestion du secteur des pêches au Sénégal : Quelle stratégie pour le développement durable de la pêche ?

Transparence dans la gestion du secteur des pêches au Sénégal

Quelle Stratégie pour le développement durable de la pêche ?

La transparence est un aspect capital dans la gestion de la pêche. C’est un élément fondamental et indispensable pour assurer un développement durable générateur de richesses et une prospérité partagée par tous. La place importante qu’occupe la notion de transparence dans le secteur des pêches avait amené APRAPAM à organiser plusieurs rencontres sur le thème, dont le « Panel sur la transparence et la cogestion dans le secteur des pêches maritimes au Sénégal » en novembre 2013.

L’Initiative de Transparence de l’Industrie de la pêche (FiTI) a été lancée au début de l’année 2015. C’est une initiative multipartite qui s’inspire, dans sa conception, de l’ITIE (Initiative de Transparence des Industries Extractives).

Le lancement de la réflexion sur le FITI a eu lieu en Mauritanie et a donné lieu à la Déclaration de Nouakchott signée le 20 Janvier 2015 par Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République islamique de Mauritanie. Le FiTI établira un comité multipartite international avec une représentation égale des gouvernements, du secteur de la pêche et de la société civile. Elle établira les principes, les critères de transparence et des directives de procédure – quelles informations doivent être publiées et de quelle manière.

Un comité multipartite dans chaque pays vérifiera les informations qui seront ensuite publiées par le biais de la FITI, sur une base annuelle.

Le 3 février 2016, à l’invitation du Président de la République Islamique de Mauritanie, les Chefs d’Etats et de Gouvernements, des représentants de haut niveau d’organisations internationales, du secteur privé, de la société civile ainsi que d’autres acteurs du secteur de la pêche se sont réunis à Nouakchott, Mauritanie, pour formellement  lancer l’initiative FiTI.

La Mauritanie s’y est engagée à devenir le premier pays à mettre en œuvre le FITI. La République du Sénégal, par la voix de son Président, Macky Sall, ainsi que la République d’Indonésie et la République des Seychelles ont également décidé de devenir parties de l’initiative FiTI et de commencer le processus de formation d’un Groupe National Multipartite dans le courant de l’année 2016, appliquant la transparence dans leur secteur des pêches sur la base d’un processus inclusif.

L’APRAPAM en phase avec cette orientation, et  partie prenante de cette initiative veut placer cet atelier dans cette dynamique en invitant les participants à réfléchir sur la manière dont ce Groupe National Multipartite pourrait se former, et aussi identifier les informations concrètes qui seraient à même d’améliorer la transparence dans la pêche au Sénégal, pour une meilleure information et participation des acteurs à la gestion responsable de la pêche au Sénégal.

 

Objectifs du forum :

a) Identifier les principaux domaines où la publication des informations existantes sont nécessaires dans le cas du Sénégal, y compris :

-       Les accords et les autorisations de pêche ;

-       La transparence dans les licences de pêche au Sénégal : fonctionnement du système d’attribution des licences, publication des listes de bateaux sous licence ;

-       La transparence sur les sociétés mixtes – la publication de l’audit complet du pavillon sénégalais ;

-       La transparence sur les accords de rétrocession d’infrastructures de   transformation des produits de la pêche ;

-       Le système d’agrément des usines de transformation ;

-       Transparence  dans l’implantation  et la gestion de la chaîne de froid ;

-       La situation  de la gestion et de l’exploitation des Concessions d’infrastructures de l’Etat à des tiers : quais de pêche, aires de transformation artisanale, etc.;

-       Le système d’information  et la fiabilité des données qui concourent à  l’aménagement et la gestion durable des pêcheries (évaluation du potentiel exploitable des ressources halieutiques, statistiques, capacité et effort de pêche-Immatriculation des pirogues, permis de pêche, contrôle  surveillance et suivi des pêcheries, etc.) ;

-       La mise en œuvre et l’exécution des programmes et projets de développement dans le  secteur.

b) Proposer un processus pour la mise en place rapide du Groupe National Multipartite FiTI pour le Sénégal : composition, fonctionnement.

 

 

Résultat attendu

 

Un cadre et un contenu sont définis pour le Groupe National FiTI, afin de mobiliser à moyen et à long termes les décideurs, les professionnels de la pêche et les acteurs de la société civile.

 

Photo : Aprapam

 

Note conceptuelle du 6ème Forum des acteurs de la pêche artisanale à Mbour : Note conceptuelle Forum Aprapam 2016.pdf

 

Concept note 6th Forum of artisanal fisheries stakeholders in Mbour : Concept note Forum Aprapam 2016 : Transparency in Senegal management of fisheries.pdf

 

Continuer la lecture

Discussion électronique exploratoire au 6ème Forum APRAPAM sur la transparence dans la gestion du secteur des pêches au Sénégal

 

Cette page est destinée à recueillir vos avis, opinions, esquisses, réflexions pertinentes et autres suggestions préliminaires au Forum du 19 mai 2016, afin de permettre à tous de contribuer et d’échanger au sujet de cette dynamique de mise en place au Sénégal, dans le cadre de l’Initiative de Transparence de l’Industrie de la pêche (FiTI), d’un groupe Multipartite National, chargé entre autre de discerner les informations judicieuses d’être visibles, afin de perfectionner la transparence de tous les acteurs dans la gestion durable de la pêche.


Rappel du lien vers la note conceptuelle du 6ème Forum des Acteurs de la Pêche Artisanale à Mbour : Note conceptuelle Forum Aprapam 2016.pdf

 

 

Comment percevez vous la transparence dans le secteur le la pêche ?


Le principe et les règles de la transparence sont ils importants dans le cadre de la gestion soutenable des pêches ?

 

Dans l’objectif d’une meilleure visibilité, quel sont les domaines du secteur de la pêche, dans lesquels vous jugeriez important d’apporter des améliorations ?


Est-il utile de mettre en place une structure sentinelle qui veillerait à améliorer la clarté du domaine de la pêche au Sénégal ?


Quels sont les domaines de compétences et documentaires, où la diffusion à tous les acteurs des informations existantes, est nécessaire à la gestion durable du secteur de la pêche ?

 

 

Pour participer à cette discussion, il vous suffit de vous rendre sur le lien (en bas de cette page) « Laissez un commentaire », ou bien de nous envoyer un mail à l’adresse suivante : contact@aprapam.org


Déclaration de Nouakchott sur la  » Fisheries Transparency Initiative »

Photo : Aprapam

 

DECLARATION DE NOUAKCHOTT SUR LA FISHERIES TRANSPARENCY INITIATIVE (FiTI)

du 03 Février 2016 Nouakchott, Mauritanie : FiTI_1stIntConf_Declaration_FR_20160212.pdf

 

 

NOUAKCHOTT DECLARATION ON THE FISHERIES TRANSPARENCY INITIATIVE (FiTI)

3 February 2016 Nouakchott, Mauritania : FiTI_1stIntConfDeclaration-EN_20160212.pdf



Enjeux de la proposition d’accord de partenariat de pêche durable UE-SENEGAL

Photo : Aprapam

 

Au nom de CAPE (Coalition pour des Accords de Pêche Equitables) et de son partenaire sénégalais APRAPAM, nous aimerions soulever certaines questions concernant la proposition de partenariat la pêche durable EU-Sénégal Accord (SFPA) qui est maintenant en discussion au Parlement européen.

 

Enjeux de la proposition de l’accord de pêche durable entre l’UE et le SENEGAL : APRAPAM-CAPE position sur l’accord EU-Senegal.pdf

 

Pour consulter le document en anglais : APRAPAM-CFFA position on EU-Senegal SFPA.pdf


 


Le pillage des forêts et des océans freine la progression de l’Afrique, affirme Kofi Annan

Photo : Bernard221

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Cette année, le Rapport sur les progrès en Afrique invite les dirigeants africains à s’attaquer aux inégalités et exhorte la communauté internationale à prendre des mesures contre le pillage des ressources naturelles du continent.

Lire le communiqué de presse du rapport : Le pillage des forêts et des océans freine la progresion de l’Afrique.pdf

 

Lien vers le rapport : http://africaprogresspanel.org/home-fr/


Revue de presse au sujet de l’accord de partenariat de pêche durable entre le Sénégal & l’Union Européenne

Photo : Aprapam

 

Accords de pêche : l’UPAMES dénonce un manque d’information : Accords de pêche – l’UPAMES dénonce un manque d’information.pdf

 

Accords de pêche : Les craintes de pillages sont « infondées », selon Dominique Dellicour : Accords de pêche – les craintes de pillage sont « infondées », selon Dominique DELLICOUR.pdf

 

Accords de pêche : Le Ministre Aly Haidar réagit violemment aux pattaques du GAIPES : Accords de pêche – Le Ministre Aly Haidar réagit violement aux attaques du GAIPES.pdf

 

Accords avec l’UE  : Les pêcheurs mbourois se tiennent debout contre le « pillage » de la ressource halieutique : Accords avec l’UE – les pêcheurs mbourois se tiennent debout contre le « pillage » de la ressource halieutique.pdf

 

Accords de pêche UE – Etat du Sénégal : « Au lieu des 15 millions annoncés par le Ministre , le Sénégal gagnera en 5 ans 8.720.000 € », selon Saër SECK du GAIPES : Accords de pêche UE – Etat de Sénégal –  » Au lieu des 15 millions annoncés par le Ministre, le Sénégal gagnera en 5 ans 8.720.000 € « , selon Saër SECK du GAIPES.pdf

 

L’analyse d’un acteur de la pêche sur les accords UE – Sénégal : L’analyse d’un acteur de la pêche sur les accords UE – Sénégal.pdf

 

Lettre ouverte à M. HAIDAR EL ALI, Ministre de la pêche & des affaires maritimes : Lettre ouverte à M. Haidar El Ali, Ministre de la pêche & des affaires maritimes.pdf

 

Communiqué de presse de l’UE : Nouvel accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’UE & la République du Sénégal : Communiqué de presse de l’UE – Nouvel accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’UE et le République du Sénégal.pdf

 

 

 

Polémique autour de l’accord de partenariat durable entre l’UE et le Sénégal

Photo : Aprapam

 

« Les deux ennemis de la vérité ne sont-ils pas le peu et le trop? »

Ces derniers temps, la pêche maritime fait » la une » des médias locaux.  Le nouvel accord de pêche ainsi que son protocole d’application qui ont été paraphés, le 25 avril dernier,  entre l’Union européenne et le Sénégal  est l’objet de vives critiques émanant des professionnels de la pêche et de beaucoup de sénégalais, qui, le plus souvent mal informés, considèrent que les ressources halieutiques sénégalaises vont être pillées contre une contrepartie financière dérisoire.

Dans les lignes qui suivent nous allons faire connaître notre part de vérité.

 

les critiques


Elles sont nombreuses  mais à notre avis une seule d’entre elles, à l’origine du déferlement médiatique nous paraît recevable ; Cette critique, c’est la non-participation des acteurs et des ministères chargés respectivement des Finances et des Affaires étrangères aux négociations tenues à Dakar du 23 au 25 avril 2014.

Continuer la lecture

Position sur l’accord de Pêche UE-Sénégal

Photo : Aprapam

 

Le Sénégal et l’Union européenne viennent de signer un protocole d’accord de partenariat de pêche, pour une durée de 5 ans.

Par rapport aux priorités que nous avions établies dans notre mémorandum de Novembre 2013, nous voulons faire les premières observations suivantes :

 

  • 1. Transparence et participation des parties prenantes

 

Il s’agit pour nous du principal échec de la négociation de cet accord. Les professionnels de la pêche artisanale n’ont pas été consultés ni admis à la table des négociations en tant qu’observateurs.

 

Nous nous étonnons dès lors qu’en l’absence d’une quelconque consultation avec le secteur de la pêche artisanale, il ait déjà été décidé que l’appui à notre secteur venant de l’accord de pêche aille en priorité aux aires marines protégées et à la protection des mangroves.

Ces deux domaines, bien que participant à l’amélioration de la biodiversité  et la protection de l’écosystème relèvent au premier chef  de la responsabilité du département en charge de l’environnement et de la protection de la nature.

Continuer la lecture

Panel de Mbour du 08 janvier 2014

I. CONTEXTE & JUSTIFICATION

Au Sénégal, le secteur des pêches est une composante essentielle du développement rural. Il joue un rôle  stratégique et  de soutien à la croissance  de l’économie nationale en contribuant notamment à la réduction du déficit de la balance des paiements et du chômage.

Les nombreux pêcheurs pratiquant la pêche de capture  sont souvent confrontés à des difficultés d’exploitation et à des problèmes délicats qu’ils devront surmonter pour que les pêches de capture restent une source constante d’aliments et de revenus. L’accès aux ressources naturelles et leur utilisation sont les principaux sujets de controverses.

L’usage a montré que les ressources naturelles renouvelables comme les stocks de poisson disparaissaient faute de gouvernance rationnelle, dès que la demande effective pour un poisson particulier dépasse la capacité biologique du stock concerné. Dans le secteur de la pêche de capture, l’exploitation des ressources halieutiques marines ne peut être optimale et à long terme que si les intervenants garantissent une gouvernance rationnelle (Source: Les pêches de captures-FAO)

Pour  être  en  phase  avec  les  institutions  internationales,  le  Sénégal  a  adopté  une  approche participative  impliquant  tous  les  acteurs  pour  une  gestion  durable  des  ressources  halieutiques.  Ainsi, les outils juridiques accompagnant ce processus ont pris en charge cette disposition :

-        La loi 98 – 32 du 14 avril 1998 portant code de la pêche titre II relatif à la gestion et à l’aménagement  des  pêches  notamment  en  son  article  12  portant sur les  conseils  locaux  des  pêches artisanales ;

C’est dans ce cadre que  le Sénégal, dans  le but d’inverser  les  tendances encore  lourdes de  son système de gestion des pêcheries et du développement de son économie halieutique, a opté, entre autres outils d’aménagement, pour la mise en œuvre d’une approche de cogestion des pêcheries artisanales place  pour  assurer l’implication et la participation effective des communautés de base dans les décisions de gestion et d’aménagement.

Aujourd’hui, se pose avec acquitté le problème de la gestion saine et durable de la ressource halieutique en général et particulièrement celle ciblée par la pêche artisanale, une menace sur la contribution à la sécurité alimentaire, induit indubitablement par l’absence d’un système d’aménagement des pêcheries, fondé sur des mesures techniques, sociales et économiques cohérentes articulées autour d’objectifs clairs de gestion des pêcheries..

Cette situation devrait sans doute passer par l’élaboration de bons plans d’aménagement des pêcheries artisanales avec la création d’AMP, de récifs artificiels ; de zones protégées…etc. et le tout devant être accompagné d’une gestion transparente dans le secteur de la pêche maritime.

 

C’est pour toutes ces raisons que l’APRAPAM envisage d’organiser un panel dont les thèmes portent sur :

  • La transparence dans le secteur des pêches maritimes au Sénégal
  • Menace sur la contribution de la pêche à la sécurité alimentaire : Cas d’installation des unités de transformations des produits de la pêche sur les sites de productions
  • Rôles et Impacts  de l’Aménagement et de la Cogestion dans la gestion des pêcheries ; Qu’elle stratégie pour assurer la durabilité de la pêche artisanale au Sénégal ?


Continuer la lecture

La mise en œuvre de la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer(CNUDM): enjeux et impact sur le développement durable de la pêche artisanale Ouest Africaine

 

La Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (CNUDM/UNCLOS en anglais) a été ouverte à la ratification voici trente ans, le 10 Décembre 1982, à Montego Bay, après 14 ans de négociations impliquant plus de 150 pays, y compris les pays d’Afrique de l’Ouest. Cette Convention a véritablement révolutionné l’ordre juridique pour les mers et les océans. L’idée principale dans la promotion de l’objectif de l’utilisation optimale des ressources halieutiques, c’est que les Etats qui n’ont pas les capacités de pêche requises pour exploiter leurs ressources de pêche devraient laisser l’accès au surplus de ressources disponibles à d’autres Etats, en particulier des Etats de la même région ou des Etats dont les ressortissants ont habituellement pêché ces ressources.

C’est sur la base de cette notion de « surplus » que nos Etats ont octroyé des licences de pêche aux flottes étrangères, y compris mais pas seulement, par la négociation d’accords de pêche avec l’Union européenne, la Russie, la Chine, la Corée, etc.

La sous-estimation systématique des captures de la pêche artisanale, l’opacité de la plupart des négociations visant à octroyer, sans consultation avec la pêche artisanale un accès aux flottes étrangères a mené nos Etats à estimer qu’il y avait « un surplus » alors même que ce n’était pas le cas.

Les quantités énormes, souvent non documentées, de prises accessoires faites par les flottes de chalutiers étrangers ciblant un soi-disant «surplus» ont aussi mené à la surexploitation de nos écosystèmes. Cette situation n’est pas restée sans conséquence sur la biodiversité avec les incursions de chalutiers dans des zones réservées à la pêche artisanale qui se livrent ainsi à une pêche illicite et détruisent les habitats marins des poissons.

Aujourd’hui, trente ans après la naissance de la CNUDM, il est temps que nos Etats, en concertation avec les professionnels de la pêche artisanale, prennent leurs responsabilités et dégagent les moyens nécessaires pour permettre à la pêche artisanale d’exprimer tout son potentiel de moteur du développement durable, ainsi que cela est actuellement négocié au niveau de la FAO1, et pour que ce développement durable du secteur ne soit pas saboté par une compétition indue avec les flottes étrangères. En tant que professionnels, les organisations membres de la CAOPA souhaitent pleinement jouer leur rôle dans ce contexte.

Rapport de l’atelier consultable au format pdf : Rapport Atelier CNUDM_ Enjeu et Impact _Développempent_Durable.pdf

 

LES BATEAUX RUSSES VONT-ILS, DE NOUVEAU, ETRE AUTORISES A PECHER AU SENEGAL ?

« L’important n’est pas de convaincre mais de donner à réfléchir »

 

Photo : Aprapam

Légende : bateau pélagique en rade près de l’Ile de Gorée le 21/12/2013   Position : 14°41,40N     17°23,48N    IMO : 9120281    Indicatif d’appel : UBGI6

 

 

Rappel

Les petits pélagiques côtiers effectuant des migrations entre le Sahara occidental et la Guinée Bissau et vice- versa, la flotte russe de pêche lointaine composée de chalutiers pélagiques ayant Mourmansk et Kaliningrad comme ports d’attache, à un besoin impératif de pouvoir pêcher au Sénégal où, ces poissons séjournent, chaque année, de décembre à mai.

Entre 2010 et 2012, les armateurs russes ont fait affréter leurs bateaux par des sociétés basées dans des paradis fiscaux. Et par l’intermédiaire d’un homme d’affaires de la place, ont signé avec le Ministre de l’Economie Maritime, des protocoles d’accord leur accordant des droits de pêche  à des conditions qui constituent des violations flagrantes de la législation sénégalaise en vigueur.

 

Que prévoit le code la pêche ?

La loi  n° 98-32 du 14 avril 1998 portant code de la pêche dispose de ce qui suit :

-              en son article 3 : les ressources halieutiques des eaux sous juridiction sénégalaise constituent un patrimoine national.  Le droit de pêche dans les eaux maritimes sous juridiction sénégalaise appartient à l’Etat qui peut en autoriser l’exercice par des personnes physiques ou morales de nationalité sénégalaise ou étrangère. La gestion des ressources halieutiques est une prérogative de l’Etat.  L’Etat définit, à cet effet, une politique visant à protéger, à conserver ces ressources et à prévoir leur exploitation durable de manière à préserver l’écosystème marin.  L’Etat mettra en œuvre une approche de prudence dans la gestion des ressources halieutiques ;

-               en son article 16 : les navires de pêche battant pavillon étranger sont autorisés à opérer dans les eaux sous juridiction sénégalaise soit dans le cadre d’un accord de pêche liant le Sénégal à l’Etat du pavillon ou à l’organisation qui représente cet Etat, soit lorsqu’ils sont affrétés par des personnes de nationalité sénégalaise.

Aucun des 166 articles du code de la pêche (la loi et son décret d’application) n’autorise ce qu’a fait l’ex MEM qui,  plus préoccupé par la réélection de son mentor que par les intérêts du Sénégal, a foulé des pieds le code la pêche pour  appliquer sa législation personnelle, et accordé aux russes des avantages outranciers. Il est à noter qu’aucun des protocoles d’accord qu’il a signés avec les sociétés privées n’a été ratifié par l’Assemblée nationale, ni promulgué par le Président de la République, encore moins publié au journal officiel.

 

Nouvelle approche des russes

Le 9 décembre 2013, le représentant au Sénégal de l’Agence Fédérale de Pêche de Russie (Rosrybolovstvo) qui basé Nouakchott depuis 2002,  a été transféré à Dakar en février 2013. Il a été invité par une télévision locale, à une heure de grande écoute. Ainsi, l’intéressé a présenté pendant 47 mn la pêche lointaine russe, sous ses plus beaux atours et in fine, a rappelé que la partie russe attend toujours  les résultats de l’évaluation recommandée à l’issue  du Conseil Interministériel  (CIM) sur la pêche, tenu à Dakar  le 18 juin 2013.

 

La lecture d’une dépêche du FIS du 10 décembre 2012, permet de comprendre que l’objectif principal de Rosrybolovstvo était de faire remonter le volume des captures effectuées par ses chalutiers pélagiques,  dans les eaux ouest  africaines,  à 400.000 tonnes par an. Elles n’étaient que de 211.000 tonnes en 2011 et seulement de 148.000 tonnes pour les 9 premiers mois de 2012.

 

A cet égard, ayant, sans doute, tiré des leçons de la très forte hostilité  des acteurs de la pêche contre la présence des bateaux russes dans les eaux sénégalaises,  Rosrybolovstvo  semble avoir changé d’approche et sa nouvelle stratégie consisterait à :

 

a)        isoler le Groupement des Armateurs et Industriels de la Pêche au Sénégal (GAIPES)  très hostile à la présence des bateaux russes au Sénégal. Des acteurs de la pêche artisanale ont été approchés et avant le sommet maritime de Dakar, une rencontre  a été organisée à l’hôtel Savana pour  leur apprendre la bonne parole. Il leur a été « remboursé »  leurs  frais de  transport. Les russes ont en outre promis, à la fois, de résoudre le problème de la distribution du poisson à l’intérieur du Sénégal, à débarquer du poisson à Dakar à condition que les mareyeurs paient le prix, à apporter  des appuis financiers et  de participer à relance de la société Africamer. La Russie offre également des bourses d’études, des camions et du matériel de bureau et des patrouilleurs de surveillance ;

 

b)         jouer sur les résultats des investigations faites conjointement  par la Russie et le CRODT. En effet, la Russie a signé avec le Sénégal un accord de coopération le 8 février 2011 dont l’article 4 prévoit la possibilité d’effectuer en commun des investigations dans notre ZEE et d’analyser les données  collectées.  Un chercheur russe a  même été autorisé, avec la complicité du comité d’organisation, à faire une présentation au salon maritime de Dakar tenu du 4 au 6 octobre 2013. Le chercheur russe a profité de la tribune qui lui était offerte, pour indiquer que les résultats qu’il venait de livrer à l’assistance, étaient ceux  de la mission effectuée avec le CRODT  décembre 2012 et validés par les 2 parties. Le directeur du CRODT a été obligé de le recadrer, en précisant que lesdits  résultats n’engageaient pas sa structure, aucune réunion de validation n’ayant été tenue.

 

Par conséquent :

 

-        d’une part, tous les acteurs industriels comme artisans de la pêche sénégalaise doivent se remobiliser  afin que le bloc qui a, en 2012,  fait cesser les activités de pêche des chalutiers russes se reconstitue. Le cadre de concertation entre en acteurs artisans et industriels retenu à l’époque doit être de toute urgence formalisé ;

 

-        d’autre part, le CRODT qui a eu au sommet maritime de Dakar, un aperçu de ce que les chercheurs  russes sont capables de faire sait à quoi s’en tenir.

Continuer la lecture

Mémorandum des acteurs de la pêche artisanale au Sénégal

Photo : Alain Ponchon


Le Sénégal et la Communauté Economique Européenne (CEE) ont signé le 15 juin 1979 un accord-cadre concernant la pêche au large de la côte sénégalaise. Cet accord a été premier signé par la CEE- devenue plus tard Union européenne (UE)- avec un pays ACP. Dans le cadre de cet accord-cadre, entre 1979 et 2002, dix sept protocoles couvrant des périodes allant de 2 à 4 ans et fixant les possibilités de pêche et les contreparties financières y afférentes ont été négociés.

Les négociations concernant le 18ème protocole qui devait couvrir la période 2006 et 2010 n’ont pas été couronnées de succès ; chacune des deux parties jugeant déraisonnables les prétentions de son partenaire.

Ainsi, bien que l’accord-cadre n’ait pas été dénoncé, depuis 2006 aucun bateau de pêche battant pavillon d’un Etat membre de l’Union européenne ne devrait pas être autorisé à exercer ses activités de pêche dans les eaux sous juridiction sénégalaise.

Toutefois, récemment, l’Union européenne a repris contact avec le Sénégal et les délégations des deux parties ont tenu, les 6 et 7 juin 2013, une réunion technique au cours de laquelle, elles ont fait le point sur les points ci-après :

- état des stocks et activités de flottes nationales ;

- gestion de la pêche au Sénégal : politiques actuelles, stratégies et priorités ;

- contexte de la réforme de la politique commune de la pêche PCP et son implication

pour les accords de partenariat de pêche (APP) ;

- perspectives des relations Sénégal-UE en matière de pêche.

A l’issue de cette réunion technique les deux délégations ont convenu, après consultations de leurs autorités respectives, de rester en contact pour l’organisation de discussions formelles en vue du renouvellement de l’accord-cadre et d’un protocole de pêche. Ces négociations pourraient démarrer au cours du dernier trimestre de 2013.

C’est dans le cadre de la préparation des négociations susmentionnées que le présent mémorandum est élaboré.

 

Pour consulter le mémorandum des acteurs de la pêche artisanale au Sénégal au sujet des accords de Pêche Sénégal-UE au format PDF : Mémorandum accords pêche UE-Sénégal.pdf

 

 

Mémorandum en anglais (in english) : memorandumsenegal anglais.pdf

 

 

La Transparence et la Cogestion dans le secteur des pêches Maritimes au Sénégal

Photo : Aprapam

 

Le huit (08) Novembre 2013, l’Association pour la promotion et la responsabilisation des acteurs de la pêche artisanale à Mbour (APRAPAM) a organisé au Centre David BOILAT un panel portant sur « La transparence dans le secteurs des pêches maritime au Sénégal». Le thème à débattre n’et pas fortuit, car cette rencontre se tient à un moment où le secteur de la pêche est marqué par une série d’évènements de nature à accentuer la situation de surexploitation des ressources halieutiques et compromettre sa durabilité.

De nombreux pêcheurs pratiquant la pêche de capture sont confrontés à des difficultés d’exploitation et à des problèmes délicats qu’ils doivent surmonter pour que les pêches de capture restent une source constante d’aliments et de revenus. L’accès aux ressources et leur utilisation sont les principaux sujets de controverses. Dans le même temps, la pratique de pêche INN et non responsable se développe. Ce phénomène qui procède d’une par des pêcheurs nationaux est d’autre part accentué par des bateaux usines pirates étrangers notamment russe.

L’inefficacité des systèmes d’administration du secteur, de Contrôle Suivi et Surveillance (SCS) induite par insuffisance de moyens (humains, techniques, financiers) et une tendance laxiste dans la manière de gérer les problèmes récurrents contribuent à installer progressivement de secteur dans la morosité économique et ce, malgré que le Sénégal, dans le but d’inverser les tendances encore lourdes de son système de gestion des pêcheries et du développement de son économie halieutique, a opté, entre autres outils d’aménagement, la mise en œuvre d’une approche de cogestion des pêcheries artisanales pour assurer l’implication et la participation effective des communautés de base dans les décisions de gestion et d’aménagement…

Les conséquences de cette situation à moyenne ou brève échéance peuvent conduire les opérateurs des filières du secteur dans la vulnérabilité voir la pauvreté dont l’impact aura indubitablement une répercussion négative sur l’économie nationale en général, l’insécurité alimentaire des populations, principalement celles à faible revenu.

De tout ce qui précède, il ressort qu’il pose avec acquitté le problème de gouvernance du secteur pouvant correctement prendre en charge la gestion saine et durable de la ressource halieutique en général et particulièrement celle ciblée par la pêche artisanale.

Cette situation est indubitablement la résultante de l’absence d’un système d’aménagement des pêcheries, fondé sur des mesures techniques, sociales et économiques cohérentes articulées autour d’objectifs clairs de gestion des pêcheries.
« L’usage a montré que les ressources naturelles renouvelables comme les stocks de poisson disparaissaient faute de gouvernance rationnelle, dès que la demande effective pour un poisson particulier dépasse la capacité biologique du stock concerné. Dans le secteur de la pêche de capture, l’exploitation des ressources halieutiques marines ne peut être optimale et à long terme que si les intervenants garantissent une gouvernance rationnelle (Source: Les pêches de captures-FAO.) »

 

Objectifs du panel :

Les objectifs poursuivis à travers ce panel sont déclinés ainsi qu’il suit :

  • Procéder à l’analyse du système de gestion des pêches du Sénégal et les problèmes qui lui sont inhérents ;
  • Avoir des informations sur les résultats des expériences menées dans les programmes d’aménagement et de cogestion mis en œuvre (plans d’aménagement, initiatives de cogestion, AMP, récifs artificiels, gestion des infrastructures…etc.) ;
  • Réfléchir sur les enjeux présents et futurs de gestion des pêcheries en général et artisanales en particulier dans un cadre du développement durable des ressources naturelles marines, plus spécifiquement permettre aux professionnelles de la pêche artisanale de :
  •   Renforcer le dialogue entre les institutions en charge de la gestion des pêches et les acteurs impliqués dans l’exploitation des ressources en vue du renforcement de la collaboration entre ces institutions, les acteurs et la société civile en général.
  • Porter une réflexion de fond sur les défis de la gestion des ressources halieutiques face à des changements contextuels intensifiés et les volontés publiques de développement durable des ressources naturelles portant notamment sur :
  1. L’aménagement des pêches au regard des principes de pêche responsable et de précaution dans un contexte d’intensification des échanges internationaux des produits de la mer, de pilotage des pêcheries depuis les marchés extérieurs, de «fuite» du poisson vers les marchés des pays développés (via les accords de pêche ou l’organisation de filières d’exportation);
  2. La décision publique en matière de politique d’aménagement dans le contexte international de promotion du concept de développement durable des ressources;
  3. La construction commune d’un savoir à partir du regroupement des éléments de savoirs propres aux professionnels de la mer, à la recherche scientifique, aux organisations de protection de l’environnement et aux institutions publiques afin d’aller plus loin dans la compréhension des dynamiques naturelles et humaines qui affectent le fonctionnement des écosystèmes.

Résultats attendus :

  • La situation actuelle des actions entreprises en terme d’aménagement et de cogestion au Sénégal est faites ;
  • Les résultats des programmes d’aménagement et initiatives de cogestion (AMP, récifs artificiels, surveillance participative, gestions des infrastructures) sont connus et évalués ;
  • L’impact de l’implantation des usines sur les plages est connu et les mesures de correction identifiées ;
  • Une proposition de stratégie et d’axes prioritaires d’aménagement et de gestion pour la pêche artisanale est produite à l’attention des organismes compétents.
Pour consulter le rapport du panel sur la Transparence et le Cogestion dans le secteur des Pêches Maritimes au Sénégal au format PDF : Rapport_ Panel_ Transparence_ secteur_des pêches_ au_Sénégal.pdf

 

 

 

Allons-nous encore manger du poisson dans quelques années ?

« L’incertitude est de tous les tourments, le plus difficile à supporter »

 

 

Plage de Mbour

Photo : Aprapam

 


Avec l’annulation de 29 autorisations de pêche accordées à des chalutiers pélagiques étrangers pour respecter une promesse électorale,  certains  ont cru  le feuilleton des bateaux russes  clos.  Que nenni, du fait de l’incohérence des déclarations des uns et des autres

 

Pourquoi une position aujourd’hui, une autre le lendemain ?

Continuer la lecture