Logo Aprapam
Logo Jenelek

Association pour la Promotion et la Responsabilisation des Acteurs de la Pêche Artisanale Maritime

La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture FAO 2020

La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture FAO 2020

lire la suite


Arrivée massive de bateaux chinois et turcs : menace sur les ressources et les communautés de pêche artisanale

lire la suite


Lettre ouverte à Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal

lire la suite


« Promesses » de licence de pêche industrielle : l’Etat prend-il ses responsabilités ?

lire la suite


Communiqué de presse

lire la suite


il y a 3 mois 268 Documentation


La pêche en haute mer chinoise (DWF – Distant Water Fishing) est 5 fois à 8 fois plus importante en réalité qu'estimée – Annonce le nouveau rapport de l'ODI (Overseas Development Institute)

Un nouveau rapport de l'Overseas Development Institute souligne la taille, l’impact et la gouvernance de la flotte de pêche en haute mer chinoise.

La flotte hautière de Chine : échelle, impact et gouvernance

L’ODI est un groupe de réflexion indépendant, mondial, travaillant pour un monde durable et pacifique dans lequel chaque personne prospère. Nous exploitons le pouvoir des preuves et des idées grâce à la recherche et au partenariat pour relever les défis, développer des solutions et créer des changements. 

Un nouveau rapport de l'Overseas Development Institute souligne la taille, l’impact et la gouvernance de la flotte de pêche en haute mer chinoise :

  • La flotte chinoise de haute mer est cinq à huit fois plus grande que précédemment estimé, avec 16,966 navires.
  • Presque 1,000 navires distants chinois sont immatriculés dans des pays autres que la Chine, dont la majorité - 518 au total - sont enregistrés dans des pays africains où les capacités de surveillance et de contrôle sont très limitées.
  • Au moins 183 navires de la flotte distante chinoise ont été impliqués dans la pêche illégale, non déclarée et non réglementée.
  • L’objectif déclaré de réduction de sa flotte distante à 3 000 navires d'ici 2020 par la Chine se révèlera plus difficile que prévu.

Une nouvelle recherche de l'Overseas Development Institute publiée avant la Journée mondiale des océans le 8 juin a révélé que la flotte distante de la Chine est cinq à huit fois plus grande que précédemment estimé, avec un total de 16.966 navires identifiés au cours de l'étude. Cette croissance est alimentée par les subventions publiques et l'épuisement des stocks de pêche chinois. L'expansion rapide des flottes de pêche mondiales depuis les années 1950 serait un facteur majeur de la surpêche de plus de 90% des stocks de pêche commerciale dans les océans du monde. L'épuisement des stocks de poissons affecte particulièrement les pays à faible revenu qui dépendent traditionnellement de la pêche comme source de nourriture.

Alors que d'autres pays sont également responsables de la surpêche, la Chine est l'acteur le plus important dans la crise mondiale de la pêche en raison de la taille et de la présence globale de ses opérations de pêche. En comparaison, la flotte de haute mer de l'Union européenne était de 289 navires en 2014, et les États-Unis comptaient 225 grands navires en 2015. Cela rend également les faibles niveaux actuels de transparence et de contrôle des opérations de la flotte distante de la Chine particulièrement préoccupants.

Alfonso Daniels, co-auteur du rapport, déclare :

« Des millions de personnes, en particulier dans les pays côtiers pauvres, dépendent directement des ressources halieutiques pour leurs moyens de subsistance et leur sécurité alimentaire. La découverte que la flotte de pêche en eau lointaine de la Chine est beaucoup plus importante que prévu est alarmante et devrait être considérée comme un avertissement. Les flottes de pêche mondiales - et pas seulement les Chinois - doivent être plus transparentes quant à leur taille et à leurs opérations, afin d'empêcher une nouvelle surpêche non durable de ressources halieutiques déjà épuisées. »

L'étude a identifié 1 821 chalutiers, dont beaucoup sont soupçonnés de pratiquer le chalutage de fond, une technique de pêche particulièrement destructrice. C'est plus du double de la plus large estimation précédente du nombre de chalutiers dans la flotte distante de la Chine.

Une analyse de 5241 campagnes de pêche pour 1878 navires en 2017 et 2018 a révélé que la zone d'opérations la plus fréquente était le Pacifique Nord-Ouest. Cependant, les opérations les plus intenses ont été la pêche au calamar dans l'Atlantique Sud-Ouest et le Pacifique Sud-Est - en particulier au large des côtes du Pérou.

Miren Gutierrez, auteur principal et chercheur associé à l'Overseas Development Institute, a déclaré :

« Il y a eu un boom extraordinaire des activités de pêche en haute mer en Chine, qui est difficile à contrôler et à maîtriser. Les entreprises chinoises de pêche à distance devraient être contrôlées et avoir à négocier l'accès aux sites de pêche des pays en voie de développement, en particulier en Afrique de l'Ouest. Un laxisme qui contraste avec la politique de l'Union européenne de réduction de sa flotte de pêche et de contrôle accru de ses opérations mondiales. »

Le rapport a révélé que plus de 90% des navires distants chinois battent pavillon chinois. La Chine n'a pas de dialogue solide avec la communauté internationale et ne respecte pas toujours les règles du RFMO (Regional Fisheries Management Organisation). On pense que la moitié des navires distants chinois opèrent dans des zones régies par des RFMO, mais la Chine n'en a rejoint que sept. En comparaison, l'UE participe à 17 de ces organisations.

Il a été constaté que près de 1 000 navires distants chinois étaient immatriculés à l'étranger - 518 battant pavillon de pays africains. Avec 137 navires, le Ghana possède le plus grand registre de navires distants chinois hors de Chine, dont cinq semblent enfreindre la loi ghanéenne de 2002 sur la pêche qui limite les licences de pêche pour les navires de pêche semi-industriels et industriels à ceux battant pavillon ghanéen. Dans l'ensemble, cela suggère que la pêche à distance chinoise n'a pas seulement un impact sur les pêcheurs locaux dans ces zones dont les communautés dépendent de la pêche comme source de nourriture clé, mais aussi que les navires chinois sont présents dans des zones où les mesures d'application sont généralement limitées.

En outre, seulement 148 navires ont été enregistrés dans des pays généralement considérés comme pavillons de complaisance, qui sont couramment utilisés par les propriétaires de navires pour échapper aux taxes et aux réglementations de leur pays d'origine. Cela reflète l’intérêt limitée des chinois à utiliser des drapeaux de complaisance étant donné le laxisme des autorités chinoises.

La propriété et le contrôle opérationnel de la flotte distante de la Chine sont à la fois complexes et opaques. L'analyse de l'ODI sur un sous-échantillon de 6 122 navires a révélé que seulement huit sociétés possédaient ou exploitaient plus de 50 navires. La plupart des navires appartiennent à des petites et moyennes entreprises, dont beaucoup sont des filiales de grandes sociétés. Des structures d'entreprise compliquées et un manque de transparence entravent les efforts de surveillance et de réglementation. Il est donc souvent difficile de demander des comptes aux responsables des mauvaises pratiques.

L'étude a également révélé qu'au moins 183 navires de la flotte distante chinoise sont soupçonnés d'être impliqués dans la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (IUU – Illegal, Unreported and Unregulated). La Chine est le pays le moins performant sur l'indice de pêche IUU, qui mesure les responsabilités des autorités portuaires et côtières, entre autres indicateurs.

Le rapport recommande à la Chine d'adopter les mesures urgentes suivantes pour garantir que sa flotte distante fonctionne de manière durable :

  • Améliorer l'immatriculation et la transparence des navires et des entreprises qui en sont propriétaires.
  • Seulement dix entreprises possèdent près de la moitié des navires soupçonnés de pêche IUU - si les autorités chinoises peuvent concentrer leurs efforts d'application de la loi sur ces entreprises, elles ont de meilleures chances d’adresser le problème de la pêche IUU.
  • Adopter des normes plus strictes avec notamment la ratification du Port State Measure Agreement.
  • Adopter une réglementation et une application plus stricte des opérations de pêche en haute mer.
  • Renforcer la coopération avec les agences internationales et d'autres États, en particulier dans les pays en développement qui ont une capacité de surveillance et d'application limitée.

À l'échelle mondiale, tous les pays, organismes et agences internationaux devraient améliorer leurs capacités de surveillance, de partage d'informations et d'application. Ils devraient prendre des mesures proactives pour empêcher les stocks IUU d'entrer dans les chaînes d'approvisionnement internationales et soutenir la capacité de gouvernance dans les États côtiers en développement.

Source :
Overseas Development Institute
À propos de la recherche

Miren Gutiérrez, Alfonso Daniels, Guy Jobbins, Guillermo Almazor Gutiérrez, César Monténégro sont des chercheurs de l'Overseas Development Institute de l'équipe Développement agricole et politique.

À propos de la méthodologie
Cette étude est basée sur des informations de la base de données Krakken® (FishSpektrum, 2018) et des données du système d'identification automatique (AIS) pour 2017 et 2018, analysées en utilisant des techniques analytiques de big data, des algorithmes d'ensemble et des systèmes d'information géographique (SIG).
Krakken® est la plus grande base de données au monde sur les navires de pêche, utilisant des identifiants uniques de navire (UVI). Krakken® compte environ 1,5 million de références historiques représentant plus de 800 000 navires. Ces données ont ensuite été combinées avec les données du système d'identification automatique (AIS) pour 2017 et 2018 fournies par Vulcan Skylight.

La pêche en haute mer chinoise (DWF – Distant Water Fishing)  est 5 fois à 8 fois plus importante en réalité qu'estimée – Annonce le nouveau rapport de l'ODI (Overseas Development Institute)-1