Logo Jenelek

Association pour la Promotion et la Responsabilisation des Acteurs de la Pêche Artisanale Maritime

A la une

Journée mondiale des océans 2019

Journée mondiale des océans 2019

lire la suite


Le plastique dans les océans constitue un enjeu politique

lire la suite


Face au changement climatique, l’ONU veut inciter à la création d’aires marines protégées

lire la suite


il y a 8 ans, 27098, catégorie : Espèces


Les Thonidés nécessitent une protection accrue

Pour la première fois, toutes les espèces de scombridés (thons, bonites, maquereaux et thazards) et de marlins (espadons et marlins) ont été évaluées pour la Liste rouge des espèces menacées de l’UICN™. Sur les 61 espèces connues, sept se trouvent dans l’une des catégories du groupe « menacés » et leur risque d’extinction est élevé. Quatre espèces sont classées comme étant « Quasi menacées » et près des deux tiers se trouvent dans la catégorie « Préoccupation mineure ».

Photo : C. Langlois

Les résultats montrent que les thons sont particulièrement menacés. Sur les huit espèces de thons, cinq sont classées dans l’une des catégories « menacées» de la Liste rouge ou sont « quasi menacées ». Il s’agit du Thon rouge du Sud (Thunnus maccoyii), En danger critique d’extinction; du Thon rouge du Nord ou Thon rouge de l’Atlantique (T. thynnus), En danger; du Thon obèse (T. obesus), Vulnérable; du Thon jaune (T. albacares), Quasi menacé; et du Germon ou Thon blanc (T. alalunga), Quasi menacé.

Ces nouvelles données aideront considérablement les autorités gouvernementales à prendre des décisions susceptibles de sauvegarder l’avenir de ces espèces, dont beaucoup sont d’une grande valeur économique. Elles apportent une contribution très opportune à la 3e Réunion conjointe des organisations régionales de gestion de la pêche des thonidés, qui se tient à La Jolla, Californie, du 11 au 15 juillet.

« C’est la première fois que des scientifiques spécialistes des pêcheries, des ichtyologistes et des défenseurs de l’environnement se réunissent pour évaluer conjointement les menaces qui pèsent sur un groupe d’espèces de poissons d’importance commerciale », précise Bruce B. Collette, Président de la Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN (CSE) Groupe de spécialistes des thonidés et des marlins, responsable scientifique du NOAA’s Service national des pêches maritimes et auteur principal du document.

Malgré la bonne santé de plusieurs stocks de poissons épipélagiques (ceux qui vivent près de la surface), l’importante surexploitation de certaines espèces de scombridés et de marlins suscite une préoccupation croissante ; en outre, il n’y a pas suffisamment de détermination à protéger ces espèces contre la surexploitation entraînée par des prix élevés. De nombreuses populations sont exploitées par des pêcheries multinationales, qu’il est extrêmement difficile de réglementer d’un point de vue politique.

«Les trois espèces de thon rouge sont susceptibles de s’effondrer en raison de la pression de la surpêche continue. C’est déjà essentiellement le cas pour le Thon rouge du Sud, avec peu d’espoir de rétablissement », explique le Dr Kent Carpenter, professeur à l’Université Old Dominion, directeur de l’Unité de l’UICN sur la biodiversité marine et l’un des auteurs du document. «Si aucun changement n’est apporté aux pratiques de pêche actuelles, les stocks de Thon rouge de l’Atlantique risquent de s’effondrer aussi, car il y a peu de signes de reconstitution de la population après une réduction significative dans les années 1970. »

Voilier Atlantique : "Préoccupation mineure" sur liste Rouge IUCN, espèce dont le risque d’extinction est estimé moindre

Trois espèces de marlins sont classées dans des catégories menacées ou quasi menacées : le Marlin bleu (Makaira nigricans), Vulnérable; le Marlin blanc (Kajikia albida), Vulnérable, et le Marlin rayé (Kajikia audax), Quasi menacé.

La plupart des espèces à longue vie ayant une valeur économique sont considérées comme menacées. Elles atteignent la maturité plus tard que les espèces à vie courte et leur cycle de reproduction est plus long ; en conséquence, le rétablissement de la population après une période de déclin prend plus longtemps. Comme ces scombridés et marlins sont au sommet de la chaîne alimentaire pélagique, la réduction des populations de ces prédateurs peut porter atteinte à d’autres espèces essentielles à l’équilibre de l’écosystème marin et économiquement importantes comme sources de nourriture.

L’avenir des scombridés et des marlins menacés repose sur la capacité des Organisations régionales de gestion de la pêche (ORGP) et des pays pratiquant la pêche à bien gérer ces espèces. Les populations de Thon rouge du Sud et de Thon rouge de l’Atlantique ont été tellement réduites que la façon la plus efficace pour éviter l’effondrement est de fermer la pêche jusqu’à ce que les stocks soient reconstitués à des niveaux sains. Cependant, une telle mesure entraînerait de grandes difficultés économiques et porterait atteinte aux capacités de contrôle de la pêche par les ORGP, en raison de l’incitation accrue à la pêche illégale qui serait créée dans ces circonstances.

« La fermeture temporaire de la pêche au thon ne serait qu’une partie d’un programme plus vaste de rétablissement dont on a très besoin. Afin d’empêcher la pêche illégale, de fortes mesures dissuasives doivent être mises en place », explique Jean-Christophe Vié, Directeur adjoint du Programme mondial de l’UICN sur les espèces. « Cette nouvelle étude montre qu’il existe un besoin urgent d’une gestion efficace. Les découvertes scientifiques ne doivent pas être laissées de côté dans le but de sauvegarder des profits à court terme. La vie marine et les emplois des générations futures sont en jeu ».

La reconstitution des stocks halieutiques est possible en réduisant les taux de mortalité dus à la pêche très en dessous du rendement maximal durable (RMD), comme le montre le cas de la population orientale, très appréciée, du Thon rouge de l’Atlantique. Récemment encore exploitée à un niveau équivalant à trois fois le RMD, une diminution du total des captures admissibles et des mesures plus strictes de surveillance et de conformité ont conduit à des réductions de près de 75% dans les captures au cours des dernières années. Cela permettra à l’espèce de se rétablir à un niveau durable tant que les contrôles actuels de la pêche sont maintenus.

Photo : C. Langlois

L’évaluation des thonidés et des marlins

Les évaluations des thonidés et des marlins représentent une partie de la mission de l’Evaluation mondiale des espèces marines, qui effectuera 20 000 évaluations d’espèces marines en vue de leur incorporation sur la Liste rouge UICN des espèces menacées. L’Unité d’évaluation mondiale des espèces marines (GMSA), ou Unité de la biodiversité marine, est une initiative conjointe de l’UICN et de Conservation International. L’Unité est basée au Département de Biologie de l’Université Old Dominion à Norfolk, en Virginie, et son travail a été en grande partie rendu possible grâce au soutien généreux de la New Hampshire Charitable Foundation et de Tom Haas.

Pour effectuer les évaluations des thonidés et des marlins pour la Liste rouge de l’UICN, la GMSA a collaboré avec une grande variété de scientifiques internationaux représentant des organisations de gestion des pêches, des organisations internationales de conservation, des organismes gouvernementaux, des universités et des institutions indépendantes de recherche sur les pêches. Les Ateliers de la Liste Rouge UICN et la finalisation des résultats pour les thonidés et les marlins ont été rendus possibles grâce au généreux soutien de Tom Haas et de la New Hampshire Charitable Foundation, de Conservation International, du Programme Lenfest pour les Océans, de l’International Seafood Sustainability Foundation, de l’International Game Fish Association, de l’Institut Chico Mendes de Conservação da Biodiversidade, de l’Academia Sinica, du siège du Parc national marin de Taiwan, de l’Instituto del Mar del Peru et de l’Université CIMAR du Costa Rica.

Les catégories de menaces de la Liste rouge de l’UICN

Les catégories de menaces de la Liste rouge de l’UICN sont les suivantes, en ordre décroissant de gravité :

  • Éteint ou Éteint à l’état sauvage ;
  • En danger critique d’extinction, En danger et Vulnérable : espèces menacées d’extinction globale ;
  • Quasi menacé : espèces proches des seuils de menaces ou qui seraient menacées sans les mesures de conservation spécifiques en cours ;
  • Préoccupation mineure : espèces dont le risque d’extinction est estimé moindre ;
  • Insuffisamment documenté : pas d’évaluation parce que les données sont insuffisantes ;
  • En danger critique d’extinction (Peut-être éteint) : ceci n’est pas une nouvelle catégorie de la Liste rouge ; c’est un signal développé pour identifier les espèces En danger critique d’extinction qui sont, selon toute probabilité, déjà éteintes mais pour lesquelles il faut une confirmation, par exemple, au moyen d’études plus approfondies qui seraient réalisées sans pouvoir découvrir le moindre individu.

Source : iucn