Logo Aprapam
Logo Jenelek

Association pour la Promotion et la Responsabilisation des Acteurs de la Pêche Artisanale Maritime

Lettre ouverte à Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal

Lettre ouverte à Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal

lire la suite


« Promesses » de licence de pêche industrielle : l’Etat prend-il ses responsabilités ?

lire la suite


Communiqué de presse

lire la suite


Les hommes et les femmes de la pêche artisanale sénégalaise ne sont pas des enfants

lire la suite


Arrivée massive de bateaux chinois et turcs : menace sur les ressources et les communautés de pêche artisanale

lire la suite


il y a 10 ans 13 933 Presse


Deux pêcheurs périssent sur le fleuve Casamance

Le chavirement d’une pirogue dans la soirée du vendredi 17 au samedi 18 juin au large des côtes de Boraya sur la rive droite du fleuve Casamance a fait deux morts. Les victimes sont tous de jeunes pêcheurs. Le troisième s’en est sorti indemne grâce au sec
Photo : Ivano Trabalza

Ces trois jeunes pêcheurs de crevettes étaient à bord d’une pirogue de fabrication artisanale quand ils furent surpris par un violent vent soufflant presque dans tous les sens et se transformant en tornade par endroit.

Il était vingt deux heures quand survint le drame. Des nuages puis des éclairs et ensuite du vent et beaucoup de vents. La furie a mis l’équipage sens dessous dessus astreignant les occupants à un voyage sans retour vers le fond des eaux. L’accident s’est produit aux larges du village de Boraya non loin de Sanoufily d’où tous les trois sont originaires.

Si Wando Camara a eu son salut par la grâce des pêcheurs qui l’ont repêché sain et sauf, les deux autres étaient d’abord portés disparus avant que leur corps sans vie ne soient retrouvés. Ce samedi là, lendemain de la catastrophe, c’est le jeune N’diobo Dabo qui est repêché aux environs de 9 heures par des bonnes volontés engagés dans les recherches. Dans l’après midi, Sansanto Dramé le troisième est retrouvé presque dans le même secteur. Ils ont été portés à terre sur le rivage comme le recommande la tradition locale et tels que souhaité par les anciens.

Ils reposent désormais aux côtés d’autres jeunes ayant tout aussi péri dans de pareilles catastrophes.

Les risques de noyade pouvaient être amoindris si les occupants de cette pirogue avaient mis des gilets de sauvetage. De tels manquements aux règles de la navigation fluviale sont quasi fréquents dans la région de Sédhiou pourtant bien arrosée par des cours d’eau et très sollicités avec la mobilité des personnes et des biens. Ces vents ont occasionné des dégâts mineurs sur la terre ferme, dans la commune de Sédhiou et environs.

Moussa DRAME

Source : www.SudOnline.sn